MENU

Historique/Haut-Adige
HISTORIQUE
HAUT-ADIGE

 

L’EXPÉRIENCE DE CAUX AU SERVICE DU RAPPROCHEMENT ENTRE COMMUNAUTÉS GERMANOPHONES ET ITALIENNES

Dans la province autrichienne cédée à l'Italie en 1919, le Tyrol du Sud, devenu Haut-Adige, la tension s'aggrave à partir des années cinquante entre la minorité germanophone et l'administration italienne. L'Autriche porte la question devant les Nations Unies; trois cents attentats sont perpétrés par des éléments extrémistes locaux. Devant la montée de la violence, une première délégation mixte se déplace à Caux à la Pentecôte de 1968. Elle est suivie par six autres en dix-huit mois. Une scène émouvante se déroule à la tribune lorsque six personnalités, dont le président du gouvernement de la province de Bolzano, M. Silvius Magnago, un germanophone, et le vice-président du Conseil régional du Trentin-Haut Adige, M. Armando Bertorelle, un italophone, prennent la parole, ce dernier en langue allemande, en signe de bonne volonté. M. Magnago déclare alors: "Après avoir vécu ensemble l'expérience de Caux, je suis persuadé que quand nous nous retrouverons en négociations, l'amitié aura fait disparaître les paroles acerbes d'autrefois." Trois ans plus tard, en 1971, les parlements italien et autrichien approuvent le "paquet" de normes sauvegardant l'autonomie de la communauté germanophone. En 1992, un vote du parlement autrichien règle définitivement le problème. Le quotidien italien Il Giorno, dans son édition de Bolzano, écrit en 1969: "Il est bon de rappeler que notre province a des liens étroits avec Initiatives et Changement en raison de l'aide que ce mouvement a donnée à des hommes politiques des deux groupes ethniques lors des rencontres de Caux. Il en est résulté un nouvel état d'esprit qui a rendu possible la solution des problèmes du Haut-Adige lors de la présentation des propositions italiennes." >>>Suite