Toutes les actualités

75 ans – 75 histoires

Mardi, 30. mars 2021
« Mon histoire n'est pas spéciale, ni est-elle la mienne. Elle appartient à ce centre de conférence. »
Yara Zgheib, Liban

 

Un anniversaire marquant

Cette année marque le 75ème anniversaire du centre de conférences de Caux, le centre de conférences européen du mouvement mondial Initiatives et Changement. Souvent appelé le Caux Palace, ou simplement « Caux », au cours de son histoire cet hôtel devenu centre de conférences a joué un rôle de premier plan dans la transformation des individus, des organisations et des gouvernements.

Dans le cadre des célébrations, nous avons lancé une nouvelle série de 75 histoires - une pour chaque année - de personnes inspirantes du monde entier dont la vie a été profondément transformée par leur séjour à Caux. Mais quel genre d'histoires peut-on attendre de cette construction de la Belle Époque et de ses gardiens ?

Des histoires courtes à impact incroyable

Au cours des décennies précédentes, Caux a servi de lieu de rassemblement pour ceux qui ont été attirés par notre vision d'un monde juste, pacifique et durable, auquel chacun, répondant à l'appel de la conscience, apporte sa contribution unique. La série d'histoires présentées par notre équipe en Suisse, gardienne de ce phare mondial, est la partie émergée de ce que l'on pourrait appeler un « iceberg d'impact ». Voici quelques extraits des histoires partagées jusqu'à présent :

 

Yara Zheib
75 Ans, 75 Histoires (by Yara Zgheib)

« Je suis descendue du train de montagne avec une lourde valise bleue ; j'étais en colère, fatiguée et en deuil. J'avais 21 ans et j'avais perdu tant de choses. Je n'avais pas déjeuné, ni beaucoup dormi. Je n'avais aucune attente. Un étranger m'a emmenée dans un réfectoire vide et m'a offert un sandwich. »

Trudi Trüssel
1946 - Trudi Trüssel : « On ne peut pas bâtir avec une seule classe sociale. »

« Au fond de moi, j'en voulais aux riches, je les tenais pour responsables du malheur de tant de gens. Je ne pouvais pas accepter que certains puissent avoir tout ce qu'ils voulaient sans avoir à lever le petit doigt, alors que d'autres devaient se tuer à la tâche. Cette injustice m'emplit d'amertume. »

Peter Petersen
1947 - Peter Petersen : « Toutes nos défenses se sont effondrées »

« Entre 1948 et 1951, près de 4 000 autres Allemands ont participé à des conférences à Caux. Peter Petersen faisait partie d'un groupe de travail international d'I&C (voir notre article sur 1948) qui a parcouru l'Allemagne au cours des cinq années suivantes, construisant les ponts du cœur qui ont rendu possible la réconciliation et la reconstruction de l'Europe après la guerre. »

Paul Misraki
1948 - Paul Misraki : « Bande sonore pour une nouvelle Allemagne »

« Paul Misraki, un grand compositeur français de musique populaire et de musiques de films, est l'un des remarquables talents engagés dans ce qui a été décrit comme la plus grande opération non militaire en Allemagne depuis la guerre. Pendant plus de 60 ans, il a écrit la musique de 130 films, pour des réalisateurs comme Jean Renoir, Claude Chabrol, Jean-Luc Godard et Orson Welles. »

Max Bladeck
1949 - Max Bladeck : « Au-delà de la lutte des classes »

« Cette proposition était considérée comme une hérésie. Les choses n'ont fait qu'empirer lorsque Max et ses collègues se sont rendus à Caux. Finalement, lorsqu'ils mirent au défi le parti communiste d'adopter l'approche du Réarmement moral, ils furent expulsés du parti et soumis à une campagne de diffamation et de menaces. Pourtant, lors des élections aux comités d'entreprise, la plupart d'entre eux ont obtenu plus de voix que jamais auparavant. »

Yukika Shoma
1950 - Yukika Sohma : « Le Japon peut renaître. »

« Le drapeau japonais flotte à l'extérieur du centre de conférences lorsque 64 Japonais arrivent à Caux en 1950, accueillis par un chœur chantant en japonais. C'est un moment émouvant : au Japon, encore sous occupation américaine, il était interdit d'arborer le drapeau. »

Maurice Mercier
1951 – Maurice Mercier : « Pas un cri de haine. »

« Le Suisse Jean-Jacques Odier n'est pas très impressionné lorsqu'il rencontre pour la première fois Maurice Mercier, l'homme à l'origine des grandes délégations industrielles françaises qui visitent Caux en 1951. ‘Il aurait eu l'air d'être chez lui à servir derrière un bar dans la rue,’ écrit Odier* à propos de leur rencontre dans les bureaux de la Force ouvrière. ‘Mais dans les semaines suivantes, en apprenant à mieux le connaître, nous avons découvert un être humain exceptionnel.’ »

Elsbeth and Arthur McLean
1952 – Elsbeth and Adam McLean : « Un mariage à Caux »

Lorsqu'Elsbeth Spoerry a aidé à nettoyer l'ancien palais de Caux pour la première conférence de 1946, elle était loin de se douter que, six ans plus tard, elle s'y marierait, avec plus de 1 000 participants à la conférence comme invités.

 

 

Façonner l'avenir

Avant la pandémie, Caux accueillait des milliers de personnes lors du Forum annuel de Caux, où des programmes tels que le Leadership éthique dans le business, le Dialogue de Caux sur l'environnement et la sécurité ou le Programme Caux Scholars alimentaient les flammes de l'inspiration pour des personnes de tous âges. Bien que COVID-19 ait été un défi pour tout le monde, l'équipe suisse a lancé le Forum dans un cadre virtuel – s’assurant que les cœurs et esprits soient toujours inspirés par les changements que Caux suscite.

Cette année, nous nous réjouissons de célébrer cet incroyable anniversaire avec I&C Suisse, Caux et le reste du monde en partageant une histoire pour chaque année de service à l'humanité.

Si vous connaissez une histoire appropriée pour cette série, veuillez la soumettre par e-mail à John Bond ou Yara Zgheib.