Toutes les actualités

La Construction de la confiance globale : Liban

Mardi, 9. avril 2019
Author: 

En Janvier de cette année, Initiatives et Changement international a organisé une consultation à Asia Plateau, le centre de conférences d’I&C en Inde. Elle a rassemblé 81 personnes de 37 pays, chacune portant la responsabilité d’un aspect du travail d’Initiatives et Changement. La consultation a été décrite comme un Sangam, un mot hindi pour l’endroit où deux rivières se rencontrent. Cela exprimait son but – de rassembler des Initiatives et du Changement d’à travers le monde dans toute sa diversité, et à combiner nos forces pour mieux nourrir les personnes et responsabilités dans lesquels nous sommes impliqués.

Les discussions ont donné aux participants une opportunité d’entendre parler du travail d’I&C dans plusieurs pays. Au cours des semaines à venir nous voudrions partager trois rapports que nous avons entendus, d’Asie, d’Europe, et du Moyen-Orient. Cette semaine nous entendions de notre équipe au Liban !

Liban

Ramez Salame : Initiatives et Changement a débuté au Liban il y a presque 40 ans avec le but d’aider à changer les vies. Les défis auxquels nous faisons face sont intimidants, mais ce qui nous motive n’est pas autant les besoins devant nous mais la petite voix à l’intérieur de nous-mêmes.

Sans l’aide que nous avons reçu au cours des années de collègues en-dehors du Liban, nous ne serions jamais devenus ce que nous sommes aujourd’hui. Les programmes à Asia Plateau et le Programme de Caux pour la paix et le leadership sont vitaux à l’introduction de la jeunesse libanaise à I&C et pour fournir une formation adéquate. La dimension internationale de notre association est un élément précieux qui doit être chéri.

Le Liban est petit mais tout autour de nous il y a des pays en guerre. Cela amène une profonde méfiance. Nous avons initié des réunions de dialogue conçues de façon très attentionnée, avec l’objectif de surmonter ces divisions : la division chrétienne-musulmane, la division palestinienne-libanaise, et, plus récemment, la division sunnite-chiite. Ces réunions ont été inspirantes, et plusieurs participants ont été menés à créer leur propre mouvement pour la réconciliation et la paix.

Un exemple frappant est celui d'Assaad, un ancien officier de haute position dans la milice chrétienne pendant notre guerre civile de 15 ans, et sa femme Marie. Marie, en collaboration avec une musulmane distinguée, a créé un mouvement, Linaltaki, qui signifie « Qu’on se réunisse ». Assaad a initié un groupe appelé Fighters for Peace (Combattants pour la paix), auquel s’impliquent beaucoup d’anciens combattants de la guerre civile. Parmi eux est l’ex-commandant d’une milice musulmane libanaise. Étonnamment, au cours des deux ou trois derniers ans il a réussi à assurer des arrangements humanitaires critiques pour la Syrie déchirée par la guerre, en Iraq, et même au Yémen. Les médias internationaux ont reporté ces arrangements, mais personne ne sait qui les a rendus possible.

A striking example is Assaad, a former senior officer in a Christian militia during our 15-year civil war, and his wife Marie. Marie, together with a distinguished Muslim woman, has created a movement, Linaltaki, which means ‘Let us meet’.  Assaad has initiated a group called Fighters for Peace including many ex-fighters from the civil war.  Among them is an ex-commander in a Lebanese Muslim militia. Astonishingly, he has succeeded over the past two or three years in securing critical humanitarian arrangements in war-torn Syria, in Iraq and even in Yemen. The international media have reported these arrangements, but no one knows who made them possible.

Roweida Saleh : Tout notre travail est basé sur le bénévolat. Chacun d’entre nous a fait d’I&C notre mission quotidienne dans nos communautés, au bureau, dans les salles de classe, à l’université. Chaque fois que le temps et les ressources permettent, nous donnons des formations à des écoles et d’autres institutions éducationnelles, sur les thèmes d’I&C. Nous nous focalisons sur le processus plus que sur le résultat puisque nous croyons que communiquer les valeurs d’I&C sans les vivre enlèverait le cœur et l’âme du travail. Nous collaborons avec d’autres organisations actives au Liban. Nous avons créé une maison I&C pour utiliser comme centre, particulièrement pour les jeunes. Ils organisent leurs propres réunions et évènements, et nous essayons de fournir un mentorat. Chacun est encouragé à prendre l’initiative, et cela signifie que beaucoup de jeunes personnes se pressent autour de l’équipe libanaise.