Toutes les actualités

The 12 participants represented multiple districts of Nepal and were very keen to share their stories and collectively work towards problems in their societies.

Les Artisans de paix soutiennent des jeunes gens au Népal dans l’adressage des défis auxquels ils font face

Jeudi, 28. février 2019

Les Artisans de paix ont rejoint une organisation locale, World Education, pour organiser un Cercle de paix avec des jeunes venus de six des endroits les moins développés du Népal.

Du 22 au 24 novembre, dans le quartier de Surkhet, nous avons organisé un Cercle de paix avec une organisation locale, World Education, auquel sont venus un groupe de douze filles et garçons enthousiastes, âgés de 13 à 19 ans. Ces jeunes participants sont venus de six quartiers différents du Province numéro 6, situé 600-800km à l’ouest de la capitale. Ces quartiers sont ceux qui ont le plus souffert au cours du conflit armé népalais qui a duré une décennie, et qui, à cause du conflit et de l'éloignement, sont parmi les moins développés du pays.

Les adolescents participant à ce Cercle des Artisans de paix ont soulevé des soucis très importants aux sujets de la mariage enfantin, l’alcoolisme, la menstruation, les toilettes séparées pour filles et garçons à l'école, la violence domestique, etc. Les facilitatrices, Meena Sharma et Padma Gurung, étaient émues par les histoires que les jeunes ont partagées.

Group of 12 children participating in the Peace Circle held in Surkhet

« Mon amie est devenue enceinte à l'âge de 11 ans après s'être enfuit avec un garçon à ce jeune âge. Son mari a disparu après avoir découvert que sa femme était enceinte. Maintenant, à l'âge de 12 ans, elle a un enfant de 3 mois et est très vulnérable. Son mariage n'est pas officiel car, selon le nouveau code civil, l'âge minimum du mariage est 20 ans, donc elle doit vivre sans documents légaux, et sa fille aussi. » (Une des filles participantes)

« J'adore étudier mais chaque mois je rate quatre jours d'école car mon école n'a pas de toilettes séparées pour les femmes, et je ne me sens pas confortable utilisant les toilettes des garçons quand j'ai mes règles. Toutes les filles de mon école partagent cette expérience. » (Une autre fille participante)

« Les hommes de notre village boivent beaucoup d'alcool. Ils dépensent tout leur revenu sur l'alcool et parfois celui des femmes aussi. Après d'avoir bu ils deviennent agressifs et battent souvent les femmes. » (Un garçon participant)

Les histoires partagées dans ce Cercle de Paix étaient intenses mais aussi très réelles. Chaque participant a pu comprendre les expériences des autres et était encouragé à partager les siennes. Ils ont aussi développé des plans d'action de façon très efficace : un pour les trois mois qui suivent, et un aussi un à long terme. Ils ont prévu de créer des Cercles de paix dans leurs écoles dans le but d’adresser les soucis des élèves et d’essayer de trouver des solutions, de présenter les problèmes aux directeurs des écoles et demander de l'action, d'assurer que les partis politiques n'ont aucune influence sur les écoles, d'organiser des évènements pour lever des finances pour construire des toilettes pour filles, et de partager leurs expériences du Cercle de paix avec leurs amis.

En tant que facilitatrices, nous étions impressionnées par la capacité des jeunes à partager leurs difficultés et de développer immédiatement des solutions. Vers la fin du Cercle de paix, un des adolescents a fait la réflexion que « Les problèmes dans notre société ne disparaissent pas, mais en tant qu'individus nous pouvons contribuer à créer la paix en cherchant des solutions. » Un autre a dit que, « C'est la première fois que j’apprends autant en dehors de mes cours et dans un milieu détendu. Je vais conseiller tous mes amis à participer à des Cercles de Paix. »

 

Pour nous aider à soutenir les Artisans de Paix à permettre plus de Cercles de Paix, veuillez faire un don.