douze mille salariés formés par I&C

douze mille salariés formés par I&C

Par Suresh Mathew and Dilip Patel

Depuis 2007, l’ensemble des douze mille salariés de l’entreprise de distribution d’électricité de la région de Bangalore, en Inde, a suivi une formation dispensée par I&C et portant sur l’établissement de la confiance et sur le changement de vie.

Télécharger l'article en PDF dans le dernier numéro de notre newsletter "Actualité Monde">>

Employés de BESCOM (Photo: Ashwini Kumar)

Le consultant Dilip Patel, chargé par Initiatives et Changement (I&C) de la formation des cadres et des salariés au sein de l’entreprise de distribution d’électricité de Bangalore (BESCOM) a eu la surprise, un jour, qu’il était arrêté à un feu rouge, de voir un inconnu taper à sa fenêtre et lui raconter avec enthousiasme ce que la formation de trois jours conduite par Patel et une équipe d’I&C avait fait pour transformer radicalement sa vie de famille et sa vie profession- nelle ! Quelques jours plus tard, il entendait des commentaires semblables de la part d’une équipe de poseurs de ligne en train de couper des branches menaçant une ligne électrique. Ils lui avaient raconté ce qu’ils avaient appris du stage de Parivarthana Dhaare (processus de transformation) qu’ils avaient suivi quelques mois plus tôt.

BESCOM est une entreprise du secteur public de l’Etat indien du Karnakata. Ces stages ont été organisés par le directeur général, Tushar Girinath. Issu de l’IAS (Indian Administrative Service), le corps d’élite de la fonction publique indienne. Il avait assisté en 2006 à Panchgani, dans le centre de rencontres d’I&C en Inde, à une session intitulée « Ethique et gouvernance publique » (voir la vidéo ci-dessous). Cette session l’avait profondément marqué. Alors qu’il avait la réputation d’être un patron efficace mais dur, il était devenu plus calme et plus réfléchi. Même sa vie de famille avait été affectée ! Convaincu par cette expérience, il s’est lancé dans le projet d’offrir cette formation à l’ensemble du personnel de l’entreprise.

(Photo: Ashwini Kumar)

Le défi est énorme. Les entreprises du secteur public ne connaissent pas la concurrence. Avec la sécurité de l’emploi et des procédures minimales d’évaluation et de rendu-compte, le service après-vente est peu efficace, les comportements éthiques rares et le sens de responsabilité professionnelle des cadres limité.
Il demande à l’équipe d’I&C de réaliser en trois phases ce projet visant à « introduire une différence positive » dans l’entreprise.
Son plan : organiser des ateliers de trois jours permettant aux participants de faire le point sur leur exercice personnel de la responsabilité, sur leur comportement et sur leur éthique de vie, de façon à déclencher en eux un changement culturel.
La première phase concerne la direction et les syndicats. Directeurs et chefs syndicalistes sont envoyés à Panchgani tandis que les cadres et les personnels de maîtrise se voient offrir le même cours sur place, à Bangalore. En deux ans, de 2007 à 2009, 90 cadre

(Photo: Ashwini Kumar)

s supérieurs et 300 directeurs adjoints sont formés. En peu de temps, un changement d’atmosphère est déjà palpable dans l’entreprise. La seconde phase, plus ambitieuse et plus difficile à réa- liser, consiste à offrir la même expérience aux 11700 autres employés, soit 92% de l’ensemble du personnel. Ce sont les salariés du bas de la pyramide, poseurs de lignes, métreurs et personnels non qualifiés. Des hommes sans éducation de base, ne parlant que le dialecte local et n’ayant jamais suivi le moindre programme de formation. Difficulté à laquelle s’ajoute le fait que les équipes d’I&C n’avaient aucune expérience de formation à une telle échelle.

Pour répondre à ces besoins, le programme Parivarthana Dhaare est recentré sur les désirs fondamentaux de tout être humain et sur les notions de santé, de bonheur et de succès dans la vie en général, et pas seulement au travail. Des facili- tateurs motivés sont recrutés et formés.

En l’espace de neuf mois, l’ensemble de ces personnels suit sur trois jours les ateliers Parivarthana Dhaare. Cela se passe dans des écoles, des salles municipales, des clubs de sept dis- tricts urbains et ruraux de la région de Bangalore. Par moments, trois à six salles de classe sont utilisées simultanément dans une même école, chacune avec soixante participants.

L’apport propre d’I&C : écoute de la voix intérieure et vie accordée sur des principes éthiques, notamment probité, oubli de soi, respect, amour, est présenté sous un jour très pratique et de façon interactive. A quoi s’ajoutent des sessions sur le anger management (management par le contrôle de soi, par la gestion de sa colère) ou l’acupressure (soins par pression des doigts) pour les « petits bobos ». La participation est enthou- siaste, surtout aux jeux visant à faire comprendre que chacun peut prendre la responsabilité d’améliorer ses conditions de vi(Photo: Ashwini Kumar)e. Par milliers, des salariés choisissent de s’occuper de leur santé et de faire de l’exercice, de la marche, du sport. Par centaines ils renoncent à l’alcool et au tabac.

La dernière demi-journée se passe à reconnecter les ouvriers avec la direction par une conversation franche où les directeurs écoutent les salariés parler de leurs problèmes : dérivations de lignes électriques, manque de civilité et de respect, mauvais management, détérioration de l’équipement, procédures de sécurité insuffisantes. Sur 23 problèmes principaux abordés, 19 sont traités par la direction, ce qui améliore d’autant le niveau de confiance au sein de l’entreprise.

Mais le résultat le plus important, souvent impossible à qualifier, vient de ce qui se produit dans la vie personnelle de salariés : le poseur de lignes Raju, arrivé ivre le premier jour est libéré de son problème trois jours plus tard, En quatre mois la qualité de son travail s’est tellement améliorée qu’il a économisé assez d’argent pour s’acheter un téléviseur couleur et des lits pour sa maison.

Traduit par Philippe Lasserre

Le film suivant retrace cette aventure à l'aide de plusieurs témoignages. (3 parties, 27 minutes, en anglais)