Toutes les actualités

White Privilege by Manon Monhemius

Perspectives sur le privilège et le racisme institutionnel

Jeudi, 3. septembre 2020

 

Perspectives sur le privilège et le racisme institutionnel

La confiance s'effondre dans le monde entier. La pandémie du coronavirus a mis en évidence des inégalités comme jamais auparavant. De nombreuses régions du monde se dressent contre une histoire d'oppression, de discrimination et de violence à l'encontre des personnes de couleur. Comment chacun d'entre nous peut-il faire la différence ?

Le 6 août, nous avons organisé un webinaire intitulé « Cet autre virus : Notre humanité en crise », animé par le formateur international Rob Corcoran. Letlapa Mphahlele, Miranda Shaw et Rev. Sylvester “Tee” Turner ont partagé à tour de rôle leurs réponses au racisme, aux préjugés et à la discrimination, en nous-mêmes et autour de nous dans le monde. Nous avons ici mis en évidence certains des points clés de la conversation, ainsi que des messages d'inspiration.

 


 

Comment pouvons-nous dire la vérité et aborder les privilèges, les préjugés inconscients et les héritages du colonialisme sans blâme ni accusation ?

Révérend Turner - J'ai appris, non seulement de mon expérience personnelle, mais aussi de l'expérience des autres. Une citation de John, un constructeur de ponts de Richmond, que je paraphrase toujours est : « Vous devez construire un pont assez solide pour porter la vérité de l'autre côté. Tout d'abord, vous devez vous mettre à l'écart pour faire ce travail. Ce travail ne vous concerne pas. Il s'agit de vous mettre au service des autres. »

Quand vous servez au service des autres, vous serez capable d’apprivoiser vos émotions. Cela fait, vous devrez alors comprendre l’Histoire de la question que vous adressez. Le passé est toujours présent. Si vous le comprenez, vous saurez comment le démêler. Vous devrez être capable de dire la vérité telle qu’elle l’est. Cela signifie dire l’Histoire telle qu’elle était réellement, et non telle qu’elle a été écrite.

 

Avec la continuation des manifestations, comment pouvons-nous aller au-delà de l’enlèvement des statues et des faux récits ? Quel est le travail plus profond qui doit être fait ?

Révérend Turner - L'objectif que nous devons garder devant nous est de savoir comment aborder les construits sociaux de ces institutions qui sont en place pour soutenir cette hiérarchie contre laquelle nous luttons. Je n'ai jamais entendu le mot « racisme institutionnel » être autant utilisé avant cette période. Ce qui est important. Mais cette question est si profonde et si vaste que si nous ne l'abordons pas par sections ou par domaines, nous manquerons cette occasion. Nous devons nous concentrer sur chaque domaine individuellement, et ne pas essayer de les aborder de manière générale. Ils sont semblables à bien des égards, mais ils sont aussi différents à bien des égards.

 

Votre pays (le Royaume-Uni) Miranda, a joué un rôle important dans l'exportation du racisme dans le monde, alors comment abordez-vous la question de la vérité, de la justice et de la guérison ?

Miranda - En ce qui me concerne, je commence par examiner mes propres comportements oppressifs en tant que personne blanche, et regarder comment j’interagis avec le monde autour de moi. Il s'agit de savoir comment nous devons défaire les récits qu'on nous a enseignés.

Dans le programme scolaire anglais, on ne nous apprend rien sur le colonialisme, ou si on le fait, c'est sous un angle positif. C'est pourquoi je me suis renseignée sur la réalité des histoires. Je pense qu'il est important pour moi de réécrire les histoires qui m'ont été données, et qui m'ont façonné, dans un pays qui est vraiment le foyer du colonialisme. Il est difficile de créer de nouvelles histoires qui ne sont pas basées sur les anciennes, si nous ne les réapprenons pas.

 

L'authenticité personnelle est vitale. Comment joindre le geste à la parole ? Comment est-ce que nous racontons les histoires ? Les points de données sont faciles à oublier - ce sont les histoires dont les gens s’en souviennent et auxquelles ils peuvent s'identifier.

Révérend Turner - Trop souvent, nous imposons des vérités aux autres, mais la réalité est que le changement survient lorsque les gens découvrent pour eux-mêmes cette vérité. Ce que nous devons faire pour cela, c'est créer un espace dans lequel nous pouvons confronter la profondeur et l'ampleur des problèmes auxquels nous sommes confrontés, et les aborder de manière à pouvoir les guérir. Car si je vous inflige une douleur, je souffre aussi. Vous devez réaliser que nous sommes tous concernés par cette question.

 

Où est-ce que le privilège blanc et le racisme institutionnel affectent-t-ils réellement les gens ? Quel est le déclic dont a besoin les gens pour s'en rendent compte ?

Miranda - C'est quelque chose avec lequel je vis à tous les niveaux de mon expérience. C'est quelque chose que j'ai réalisé assez tard. J'ai grandi avec un grand-père noir, donc j'ai supposé que je ne puisse pas être raciste. Ce n’est seulement quand j'ai été interpellée par un ami qui m'a demandé « mais qu'en est-il de tout le racisme structurel" que je me suis rendu compte que oui, c'est vrai, j'en fais partie. C'était mon grand « moment aha », il y a environ dix ans.

Révérend Turner - Nous avons travaillé avec Peggy McIntosh, une féministe américaine, militante antiraciste, universitaire, conférencière et chercheuse principale des Wellesley Centers for Women. Elle parlait toujours d’un sac à dos invisible. Les Blancs se promènent avec ce sac à dos invisible. La triste vérité est que le privilège des Blancs est quelque chose que l'on pratique tous les jours. Même si vous travaillez à rendre la société meilleure, vous vous promenez avec ce privilège. Vous l'utilisez involontairement, mais la réalité est qu'en tant que Blanc, vous aurez toujours des privilèges que je n'aurai pas. Que vous l’utilisiez intentionnellement ou pas, c’est juste comme ça. Quand je parle de la profondeur et de l'ampleur du racisme, cela fait partie de votre sac à dos. C'est une chose dont nous devons en prendre conscience. Vous, en tant que Blanc, et moi, en tant que Noir, même si nous sommes sur un pied d'égalité, sommes considérés différemment. C'est le privilège des Blancs. C'est une partie du sac à dos qui vous accompagne en tant que Blanc. La question est maintenant de savoir dans quelle mesure nous en prenons conscience, sans être gênés. La conscience que nous en avons lorsque nous prenons des décisions, ou lorsque nous nous asseyons tous ensemble à une table pour travailler ensemble. C'est une chose avec laquelle vous allez voyager tout au long de votre vie. Ce n'est pas une chose dont il faut avoir honte, c'est juste la réalité.

 

 

Malheureusement, Letlapa n'a pas pu participer à la discussion en raison de problèmes de connectivité, mais nous le remercions, ainsi que le Révérend Turner et Miranda, pour leur participation.

*Illustration par Manon Michelle Monhemius

 

 

Soutenez le Programme pour la Création de la Confiance avec un don via PayPal dans la monnaie qui vous convient le mieux :

USD, GBP, EURO ou CHF.

Nous vous sommes incroyablement reconnaissants de votre soutien. Chaque don, quelle que soit sa taille, fait une différence.

Le Programme pour la Création de la Confiance a pour but d’adresser les questions controversées aux niveaux international et national, sur la prémisse que seulement ceux qui ont subi un processus interne pour devenir fiables eux-mêmes peuvent commencer à refermer les clivages du monde. Le Programme été lancé par Initiatives et Changement international en 2019, avec des projets au Kenya, au Canada et en France.