Actus

Police, government and youth rally behind interfaith initiative in Mombasa - cutting the cake

La police, le gouvernement et la jeunesse se rassemblent autour d’une initiative interreligieuse à Mombasa

Lundi, 11. mai 2015

La police, le gouvernement et la jeunesse se rassemblent autour d’une initiative interreligieuse des femmes à Mombasa

Police Commandant Daoud Mohammed speaks at launch« Ni un grand nombre de policiers, ni un grand nombre d’armes pour les policiers, ni un grand nombre de réunions publiques ne créeront la paix », a déclaré le chef de la police de Mombasa, le commandant Daoud Mohammed. « La paix doit venir du fond de nos coeurs. »

« Les jeunes ne sont pas des terroristes, ni des voleurs ou des toxicomanes », a continué le ministre de la jeunesse, du genre et des sports du comté de Mombasa, Mohammed Abbas. « Je travaille avec les jeunes de Mombasa en fonction de leurs besoins. Nous voulons développer les talents au niveau local et offrir aux jeunes les opportunités qui leur donneront une vie. Je suis heureux de voir le travail des ONG comme la vôtre. »

Young people's skitDaoud Mohammed et Mohammed Abbas s’exprimaient le 28 avril lors du pré-lancement de l’initiative MIKA au Pride Inn Hotel de Mombasa, au Kenya. MIKA est le sigle de « Mothers Initiative in Kenya for Amani » (« Initiative des mères pour la paix au Kenya »). Sa formation fut inspirée par les pacificateurs nigérians acclamés, l’imam Muhammad Ashafa et le pasteur James Wuye.

« La radicalisation s'étend », a continué le commandant Mohammed. « Elle s’enracine grâce aux réseaux sociaux. Le gouvernement ne peut pas contrôler les réseaux sociaux. La solution est d’identifier des modalités de dialogue avec les gens. Soyez conscients d’où sont vos enfants. Ramenez les jeunes radicalisés à la maison et dites-leur que ce n’est pas le chemin à suivre. Parlez aux jeunes dans les mosquées à l’aide du Coran. Écoutez votre voisin. Donnez-vous des conseils les uns les autres. La paix est un long voyage. Cela prend du temps et de l’argent mais c’est le seul moyen. Nous somme prêts à travailler nuit et jour avec des organisations comme celle-ci. »

Halima Mohamed, jeune militante musulmane et membre du comité central de MIKA, a présidé la réunion de pré-lancement. Elle a présenté Alan Channer, directeur de FLT Films. Channer a retracé les origines de MIKA dans un projet d’United States of Peace (USID)/I&C. L’objectif de ce projet, qu’il avait dirigé, est d’amplifier les méthodologies de consolidation de la paix décrites dans le film An African Answer (FLTfilms, 2010) – et qui ont amenée l’imam Ashafa et le pasteur Wuye au Kenya pour former les militants pacifistes au niveau local. Cliquer ici pour plus d’informations >> Ceremonial cutting and sharing of a large chocolate cake at the end of the occasion.

Parmi les activistes présents lors de la première formation se trouvaient la jeune activiste musulmane Zuhura Juma et la révérende Jane Jilani. Les deux femmes ont établi un plan d’action qui a reçu un soutien supplémentaire du projet USIP/I&C.

Elles sont toutes deux intervenues lors de la réunion de pré-lancement, exprimant leur vision selon laquelle la fondation chrétienne ELEKA et la fondation musulmane MINDA devaient s’allier pour former MIKA.

Une courte vidéo de sensibilisation à l’Initiative MIKA, produite par Alan Channer et Owen Lean, et narrée par Mbindiyo Kimanthi, fut ensuite montrée au public. Voir la vidéo ici >>

Film screening at MIKA launch

L’équipe de MIKA remercia Initiatives et Changement pour son rôle de facilitateur et l’on demanda à Joseph Karanja, avocat et bénévole d’I&C, d’en dire plus sur les valeurs d’I&C.

Karanja parla de sa propre expérience, se référant à l’opinion du commandant Mohammed selon laquelle la paix commence dans le coeur, il décrivit comment il a commencé à écouter sa conscience, à passer à l’action, et comment cela peut devenir le principe guidant notre vie.

Membre du comité central de la fondation MINDA, M. Nagib Shamsan, est également intervenu. Il souligna combien il est important que les jeunes aient leur mot à dire dans les budgets des mosquées et des églises, un élément vital d’inclusion dans la prise de décisions.

La réunion de pré-lancement fut entrecoupée de sketches dynamiques par une jeune compagnie de théâtre, décrivant les forces qui tentent les jeunes pour que ceux-ci rejoignent les milices, et destinés à rompre les stéréotypes.

The trauma healing group

De nombreux membres du public étaient des femmes musulmanes et chrétiennes de tout le réseau MIKA. Plusieurs d’entre elles avaient participé la veille à un atelier de guérison des traumatismes, facilité par la fondatrice et directrice du Réseau Peaceful Heart (Un coeur en paix), Gunilla Hamne. Une des participantes a ensuite écrit : « Une formation très pertinente. Je vais l’utiliser pour moi-même et ma famille, pour mes amis et finalement au sein des organisations et de la communauté. Merci beaucoup d’avoir introduit cela à Mombasa ».

Dans ses paroles de clôture, le commandant Mohammed a remercié tous les organisateurs, ainsi qu'Alan Channer et Gunilla Hamne, pour leur dévouement et leurs approches nouvelles. Il a souligné l’importance de la guérison des traumatismes pour lutter contre la démoralisation, le désespoir et les blessures psychologiques.

L’évènement s'est conclut par la coupe et le partage traditionnel d’un gros gâteau au chocolat.

Alan Channer, Joseph Karanja, Steve Kimaru, Gunilla Hamne

Traduction par Marie-Louise Bautista