Toutes les actualités

Living Peace Conference Closing Day 2016

Conférence Vivre la Paix, à Caux, Suisse, du 4 au 10 août 2016

Vendredi, 9. septembre 2016

Living Peace Participants

Artwork for Living Peace Conference

Vivre la paix – L’assemblée marque les 25 ans de Femmes Artisans de Paix

Plus de 200 participantes venues de 43 pays ont célébré le 25ième anniversaire des Femmes Artisans de Paix lors de la conférence ‘Vivre la Paix’ qui s’est tenue à Caux (Suisse) du 4 au 10 août 2016. Dès le départ elles ont été invitées à rechercher des idées pour vivre la paix. Il a été suggéré que la nouvelle histoire du monde découlera de la mise en pratique de ces idées dans la vie quotidienne des individus et des communautés.

Parmi les intervenantes figuraient Gill Hicks, survivante de l’attentat terroriste de Londres et fondatrice de ‘MAD for Peace’; Maryam Bibi, fondatrice au Pakistan de ‘Khwendo Kor'; Amy Peake, fondatrice de 'Loving Humanity'; Jin In de '4GGL'; Rosina Wiltshire, originaire des Barbades, qui a mené une brillante carrière dans les domaines du développement international, du développement du leadership et de l’égalité entre les sexes, de la justice et de la paix;  Omnia Marzouk, présidente de  Initiatives et Changement; Marina Cantacuzino de 'The Forgiveness Project' ; Jo Berry de 'Building Bridges for Peace' ; et une 'icône nationale’ d’Afrique du Sud, fondatrice du Train miracle pour la santé, Lillian Cingo.  Malheureusement, la lauréate du prix Nobel de la Paix Leymah Gbowee n’a pas pu être présente, ayant eu à se désister en dernière minute en raison d’un cas de maladie dans sa famille.

Participants of Living Peace Conference, Caux 2016

Ahunna Eziakonwa-Onochi, coordinatrice résidente des NU, représentante résidente du PNUD et coordinatrice de l’action humanitaire des NU en Ethiopie, a parlé au nom des Mères fondatrices de Femmes Artisans de Paix. Elle a retracé leur parcours, inspiré au départ par Anna Abdallah Msekwa, femme politique tanzanienne et militante des droits de l’homme, passé par la création de l’outil Cercles des Femmes Artisans de Paix, et menant au mouvement mondial qu’il est devenu aujourd’hui, actif dans 43 pays et continuant de s’étendre.

Les journées de la conférence ont été mises en images par l’artiste graphique Willemijn Lambers des Pays Bas (voir colonne à gauche).

Living Peace Participants

Les délégués de cultures, de confessions et d’horizons variés ont exploré comment vivre la paix malgré les divisions du monde ; dans des situations de conflits entre communautés ; dans la réponse aux besoins de santé et d’instruction des femmes et des filles ; dans le leadership et par le pardon. Elles ont examiné comment vivre la paix peut alimenter et transformer les récits des communautés aujourd’hui inéluctablement faits de violence et de désespoir en récits de compassion et d’espoir tout aussi inéluctables. Les participantes ont travaillé en plénières, en ateliers et en cercles communautaires de même qu’elles ont partagé des moments de réflexion en silence à la recherche de sagesse profonde.

Des études de cas du Burundi, du Kenya et du Liban ont décrit des initiatives qui abordent les clivages communautaires en s’attaquant aux préjugés, par la prise de responsabilité individuelle et par le pouvoir de la présentation d’excuses. Chaque jour des personnes qui ont choisi d’engager leur vie dans une nouvelle histoire d’honnêteté et de réconciliation ont raconté des histoires édifiantes de transformation personnelle. Certaines de ces dernières seront partagées sur cette page dans les prochaines semaines.

Lillian Cingo‘La conférence a été une des meilleures de celles auxquelles j’ai participé. Les intervenantes et le programme étaient stimulants, émouvants, inspirants et douloureux, et tout donnait de l’espoir et de l’amour, pour aboutir à la paix. Toute cette profondeur.’

Lillian Cingo, nommée ‘icône sud-africaine, fondatrice du Train miracle pour la santé.

 

Participants of Living Peace Conference, Caux 2016

Les photos de la conférence Vivre la Paix sont de Shoshana Faire, de Mike Brown et de la Fondation CAUX-Initiatives et Changement.

Traduction par Camille de Stoop